Serliana comme une structure compositive en Velázquez. Une recherche visuelle

1). Etude visuel du motif du serliana dans des compositions velazquiennes

Les sources de composition des certains tableaux de Velázquez où celle est connue comme inventée par l’artiste lui-même, se trouvent dans le matériau artistique de l’époque. “Mercure et Argus” est à comparer avec l’eau-forte de Pier Francesco Mola au même sujet; “Trois hommes à table / Le Petit Dejeuner” (St. Pétersbourg) suit la composition des “Pèlerins d’Emmaüs” (par exemple, la gravure de A. Sadeler II) [Velázquez 2001 : 49; 68-69]; “las lanzas” et la position du cheval à droit dans “Les Lances” sont comparables avec “Abraham et Melchisedek” par Bernard Salomon [López-Rey 1996 : I, 93] et aussi avec le No. XIIII de la suite des gravures illustrant le sujet de Tasso, quand la scenification de Spinola / Nassau au centre est en une rélation avec le No. 23 de “l’Histoire de siete infantes de Lara”, gravé par Antonio Tempesta (+ autres); La composition du tableau “Saint Antoine abbé et Saint Paul l’ermite” semble être liee avec celle du feuille du Titre des “Vies des SS Peres des deserts” par Claude Mellan; le portrait équestre du prince Baltasar Carlos suit le schèma compositif traditionnel, représenté, par exemple, par l’eau-forte “Le prince de Pfalsbourg” de Jacques Callot [Meaume 508]. Il est inutile d’actualiser les comparaisons du niveau de la physiognomonie emotionnelle dans ses tableau religieuses.

“Le petit dejeuner” (1618 ?) de L’Ermitage est connu comme le premier tableau du Velázquez. Les sources physiognomoniques (“les typages”) sont assez evidentes si compare-t-on les visages du tableau avec ceux par son maître Pacheco (Louvre).

La composition de “L’histoire d’Arachne / ...” porte aussi des traits compositifs de l’art de son temps. Les “citations” pictorales dans ce tableau composent une liste des références, où la plus connu est “L’Europe” par Tiziano / Rubens / Martinez del Mazo [Alpers 1999 : 18]. Mais il y a des autres clichés représentatifs. Par exemple, le dialogue entre deux (aussi nommées Minerve et Arachne) figures opposées – en rélation “profil-en face” –, qui passe avant le fond de “L’Europe” peut être approximé a l’emblème sortant de l’emblemata... [Henkel/Schöne : 1750] où Minerve sur le dragon s’oppose à Venus sur...

Le but de cet étude de la composition de “L’histoire d’Arachne / ...” est l’introduction du tableau aux recherches compositives de son époque par l’étude visuel.

La partie supérieure du tableau, ajoutée après [? Stoichita]…

L’analyse visuel de “paysages” velazquiens montre que le sujet principal de tous les deux n’est que le motif architectural particulier. Ce fait semble être contraire à l’idée et à la notion du paysage du XVII siècle. Comme l’esthetique du dernier comprenait toujours une chose étendu et éloigné. Mais le statut de ses deux tableux à l’époque n’est pas de tout claire. On les associe avec les “quatre paysages” mentionnés dans l’inventaire mobilier de Velázquez après sa mort. Mais tous les ravissements de “Vistas de la villa Medici” son produits par des auteur du XIX siècle. Une discernement claire pose en question pourquois Velázquez n’a pas voulu faire une esquisse de la belle vue à Rome qui s’ouvre du Monte Pincio (où se trouve la villa Medici), tandis que c’est pour cette raison les touristes dès fins du XVIII siècle visitaient la villa.

< Serlana comme le motif surtout classique, s’opposant à la construction traditionnelle baroque >

2). Serliana dans des livres d’architecture italiens et (?) espagnols au temps de Velázquez

Avant son publication par Sebastiano Serlio dans Tutte le opere d’arcitettura (Venice, 1619, vol. IV, p. 154 r.), le motive des trois fenêtres unies reçu le nom de serliana. Autre nom – c’est “la fenêtre de Palladio”.

Palazzo ãåğö. Òîñêàíñêîãî: íî ñòàòóè ïåğåä ôàñàäîì: ñì. Ãğàâşğó Rossi – venturini 88067 (Lerman, schkaf 25)

Palladio. Villa Valmarana à Vigardolo pres de Vicenza (1541-1562) [Boucher 1998: 72]…

Palladio. Villa Poiana…

3). Le schèma du serliana comme le modèle compositif dans l’art du XVII siècle – les autres exemples.

 

 

Bibliographie:

Alpers 1999 = Alpers S. “Las hilanderas” y la singularidad de Velázquez. In: Velázquez. Fundación Amigos del museo del Prado. Barcelona, Galaxia Gutenberg, 1999.

Bonnefoy = Bonnefoy. Rome 1630

Boucher 1998 = Boucher B. Andrea Palladio. Abbeville Press Publishers, 1998.

Cavallius = Cavallius

Henkel / Schöne 1972 = Henkel / Schöne. Emblemata 1972

López-Rey 1996 = López-Rey J. Velázquez. Painter of Painters. Vol. 1-2. Köln, Taschen, 1996.

Meaume = Meaume. Jacques Callot…

Velázquez 2001 = Velázquez. Roma, Fondazione Memmo, 30 marzo – 30 giugno 2001. Milano, 2001.

Hosted by uCoz